CGD Physiopathologie
Activation des neutrophiles

En réponse à la fixation de ligands activateurs, provenant du foyer d'infection, sur des récepteurs de la membrane plasmique des neutrophiles, une cascade de réactions est mise en œuvre : elle aboutit au déplacement des neutrophiles du courant sanguin vers le foyer d'infection, à l'assemblage du cytosquelette cellulaire puis à la production d'anions superoxyde par activation du complexe NADPH oxydase.

Le Complexe NADPH oxydase

La NADPH oxydase est un complexe enzymatique multiprotéique, appartenant aux phagocytes (polynucléaires neutrophiles et éosinophiles, monocytes et macrophages) et aux lymphocytes B. Elle catalyse le transfert d'électrons de son substrat le NADPH à l'accepteur final l'oxygène entraînant la production d'anions superoxyde et ses dérivés de réduction : le peroxyde d'hydrogène, le radical hydroxyle et l'oxygène singulet. Ces composés oxydants sont capables de tuer les micro-organismes préalablement endocytés.

La NADPH oxydase présente sous forme latente, dans les cellules au repos, est constituée de différentes protéines réparties entre :
* la membrane plasmique contenant le flavocytochrome b558 constitué par une glycoprotéine de 91 kDa et une protéine de 22 kDa, et une proteine G monomérique Rap1A
* le cytoplasme contenant les protéines p67phox, p47phox, p40phox ainsi que Rac1/2.

Sous l'influence de stimulants solubles ou particulaires la NADPH oxydase est activée entraînant l'assemblage des facteurs cytosoliques (p67phox, p47phox, p40phox et Rac) au niveau du cytochrome b558 membranaire. De cette association résulte une transition de conformation du flavocytochrome b558 qui passe d'un état dormant à un état activé entraînant la production des anions superoxyde.